Figuier septembre

Si je prends les ailes de l’aurore, et que j’aille habiter à l’extrémité de la mer là aussi ta main me conduira, et ta droite me saisira. Pour toi, la ténèbre n’est pas obscure, la nuit brille comme le jour, et la ténèbre comme la lumière | M. Badry, pasteur

Le Psaume 139 est sans doute l’un des plus beaux de tout le psautier. Il n’est ni une plainte ni une complainte. Il n’est ni chant de triomphe ni un cris de secours encore moins une confession des péchés. Ce Psaume redit avec foi, seulement avec foi combien le Seigneur est disponible et présent au milieu de nos existences et que cette présence suffit amplement. Nos aînés dans la foi, les Juifs, parlent de ce Psaume comme celui de la Shékina : la présence pleine de Dieu dans la vie des hommes et des femmes. Psaume de la Providence ou de la permanence de la miséricorde divine.

Made with FlippingBook flipbook maker